Ukraine: Journée de commémoration du 35e anniversaire de l’accident nucléaire de Tchernobyl

 

Aujourd’hui est un jour de souvenir pour l’Ukraine, car il marque le 35e anniversaire du pire accident nucléaire de l’histoire, lorsque l’un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé. L’explosion du réacteur numéro 4 a pollué une grande partie de l’Europe, même si le site de la catastrophe attire désormais les touristes et aspire à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est attendu du jour au lendemain dans la zone de blocus de 30 kilomètres de long autour de la centrale nucléaire endommagée. Le 26 avril 1986, à 1h23 du matin, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, située à environ 100 km de Kiev, a explosé lors d’un test de sûreté.

Pendant dix jours, le combustible nucléaire continuera de brûler, libérant dans l’atmosphère des éléments radioactifs qui pollueraient jusqu’à trois quarts de l’Europe, mais principalement l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie, puis les républiques soviétiques. Les autorités soviétiques tenteront de dissimuler l’accident et Mikhail Gorbatchev n’est intervenu publiquement que le 14 mai.

Au total, 116 000 personnes ont dû être évacuées en 1986 de la zone autour de la centrale nucléaire, qui est aujourd’hui presque inhabitée. Dans les années à venir, 230 000 autres auront le même sort. En l’espace de quatre ans, quelque 600 000 travailleurs ont été envoyés sur les lieux avec peu ou pas de protection pour éteindre l’incendie, construire une enveloppe en béton pour isoler le réacteur endommagé et nettoyer les environs. Aujourd’hui, le récit humain de la catastrophe fait toujours l’objet de débats.

La Commission scientifique des Nations Unies (USCEAR) n’a officiellement identifié qu’une trentaine de morts parmi les employés de la station et les pompiers décédés par radioactivité peu de temps après l’explosion. Greenpeace a estimé le nombre de morts à la suite de la catastrophe à 100 000 en 2006.

La centrale nucléaire de Tchernobyl a continué à produire de l’électricité jusqu’en décembre 2000, date à laquelle, sous la pression de l’Occident, son dernier réacteur a été arrêté. Après des années de discussions, une arche géante en acier étanche à l’air a été placée fin 2016 au-dessus du réacteur endommagé et mise en service en 2019.

D’un coût de 2,1 milliards d’euros et financée par la communauté internationale, cette structure, qui devrait assurer la sécurité de l’installation pour les 100 prochaines années, a recouvert l’ancien « sarcophage » en béton, qui présentait désormais des fissures et était instable. Et a permis de mieux isoler le magma hautement radioactif restant à l’intérieur du réacteur.

Même si les autorités estiment que les gens ne pourront pas y vivre en toute sécurité avant 24000 ans, le site attire de plus en plus de touristes et Kiev veut en faire un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’absence quasi totale d’activités humaines dans la zone a permis à la flore et à la faune de s’épanouir. Des lynx, des aigles de mer, parfois même des ours, ainsi que des centaines d’élans et des dizaines de loups ont été observés dans la région.

Facebook Comments Box

SuperWebTricks Loading...
%d blogueurs aiment cette page :