Africa-Report : Récession et violence parmi les effets secondaires du COVID-19

 

Les pays africains ont imposé de sévères restrictions de voyage et un suivi rigoureux au début de la pandémie, sauvant potentiellement des millions de vies, selon le rapport.

Une grande partie de l’Afrique a survécu au nombre élevé de morts du COVID-19 dans d’autres parties du monde, mais est maintenant confrontée à la récession, à la montée de la violence et au chômage élevé en raison de la nouvelle pandémie de coronavirus, selon un rapport publié aujourd’hui.

« Le ralentissement économique mondial a plongé l’Afrique dans la récession pour la première fois en 30 ans, avec de graves conséquences sur le chômage, la pauvreté, les inégalités et l’insécurité alimentaire », a déclaré le rapport 2021 du Forum Ibrahim.

Il a été publié avant la conférence annuelle de la Fondation Mo Ibrahim ce week-end, qui promeut la bonne gouvernance en Afrique.

Les pays africains ont imposé de sévères restrictions de voyage et un suivi rigoureux au début de la pandémie, sauvant potentiellement des millions de vies, selon le rapport.

Mais l’Afrique a été le seul continent où la violence a augmenté pendant la pandémie. La violence de la foule a augmenté de 78%, avec plus de 90 personnes tuées par les forces de sécurité appliquant des mesures de confinement, selon le rapport.

Les efforts pour résoudre les conflits ou les contre-insurrections ont diminué, ouvrant la porte aux organisations extrémistes pour profiter de la pandémie en comblant les lacunes laissées par l’État.

« COVID-19 s’est déjà joint à la propagande d’organisations telles qu’Al Shabab et Boko Haram pour aider à justifier leur objectif », a déclaré Camila Roca, responsable de la recherche de la fondation.

« Ils veulent faire semblant de fournir des services, Al Shabab, par exemple, ouvrant des cliniques et l’aile de l’État islamique (en République démocratique du Congo) fournissant des médicaments », a-t-il ajouté.

Une stratégie de guérison doit se concentrer sur la création d’emplois durables, selon le rapport.

Une solution serait pour l’Afrique de développer une industrie du vaccin, qui pourrait créer des emplois dans divers secteurs et répondre à un formidable besoin de santé.

« En utilisant les leçons tirées de COVID-19, notre continent peut construire un avenir plus durable, autosuffisant et inclusif », a déclaré Mo Ibrahim, le milliardaire soudanais-britannique à la tête de la fondation.

« La jeunesse d’Afrique, qui est l’avenir de notre continent, doit être au cœur du plan », a-t-il déclaré.

Facebook Comments Box

SuperWebTricks Loading...
%d blogueurs aiment cette page :