Frontières ouvertes à partir de juin avec certificat de vaccination

 

Un passeport pour la liberté ou est-ce une discrimination contre ceux qui n’ont pas été vaccinés? Tout montre que le certificat de vaccination européen arrive à … rester, note Deutsche Welle dans son analyse en vue de l’approbation du projet par le Parlement européen demain mercredi 28 avril – la protection des données personnelles étant une « épine » .

Les pays méditerranéens, comme la Grèce, le jugent nécessaire pour la saison touristique. D’autres pays, comme l’Allemagne, parlent de « facilités » supplémentaires pour le détenteur du certificat, comme la visite de musées, des concerts ou des matchs de football.

Dans tous les cas, explique l’eurodéputé néerlandais Jerun Lenners, représentant du Parti populaire européen (PPE) à la commission des libertés civiles du Parlement européen, le certificat ne doit pas être discriminatoire.

« Nous allons d’abord changer le nom en Covid 19 », a déclaré le politicien néerlandais à Deutsche Welle. « Il est important que le Parlement ne fasse pas de discrimination entre ceux qui l’ont fait et ceux qui ne l’ont pas fait. Nous pensons que les gens n’avaient pas d’autre choix que de vacciner de toute façon. Les jeunes seront inévitablement vaccinés après les personnes âgées. Nous voulons non seulement que les tests négatifs soient inclus dans le certificat, mais aussi qu’ils soient effectués gratuitement. « Ce n’est qu’alors que nous éviterons vraiment la discrimination. »

Mercredi, le Parlement européen devrait approuver un projet de certificat de vaccination, déclenchant une négociation avec le Conseil, dont tout le monde espère qu’elle sera achevée d’ici l’été.

Comme le dit l’eurodéputée ND Maria Spyraki, «Ce certificat est la clé pour commencer progressivement à restaurer l’une de nos libertés fondamentales, à savoir la liberté de mouvement au sein de l’UE. Kyriakos Mitsotakis a chaleureusement suggéré et soutenu, l’Europe commence à se retrouver . Je pense que nous devrions y rester en premier lieu.  »

De son côté, l’eurodéputé SYRIZA Petros Kokkalis considère le certificat comme une « solution de nécessité ». En effet, comme il l’explique, «c’est une solution temporaire pour la durée de cette catastrophe, de cette urgence, en prévision des changements que nous devons opérer pour sortir de ce que nous appelons le« temps de la pandémie ». Et nous devons l’expliquer: nous ne parlons pas de la fin de la pandémie et malheureusement le vaccin n’est pas la fin non plus, mais ce n’est qu’une pause temporaire, pour voir combien de mois …  »

Qui protège les données personnelles?
Si tel est le cas, le souci de protection des données personnelles devient encore plus intense, comme le note DW dans son analyse. D’après ce que nous savons à ce jour, le certificat de vaccination ne sera délivré qu’à la demande de la personne concernée et comprendra trois éléments: le type et la dose du vaccin, les tests négatifs qu’il a effectués et les anticorps dont il dispose au cas où il aurait passé la maladie.

Mais beaucoup craignent qu’à l’avenir, la mémoire numérique ne devienne un livret de santé complet, comprenant davantage de données, peut-être même des données médicales et génétiques sensibles. « Nous ne devons pas céder à la première difficulté des règles de collecte et d’utilisation des données édictées par le RGPD, ce qui était une grande réussite au vu de la nouvelle ère numérique », a déclaré Petros Kokkalis à Deutsche Welle.

«Au contraire, il est de notre devoir de prouver que nous pouvons servir la santé publique, mais aussi de protéger les données personnelles des citoyens», note-t-il.

Le Parlement européen assume souvent le rôle de gardien des données personnelles et des libertés individuelles. Mais la mise en œuvre du règlement GDPR déjà compliqué suffit-elle à protéger les données sensibles du citoyen dans un certificat numérique? « Nous avons été en consultation constante avec le contrôleur européen de la protection des données », assure le Néerlandais Jerun Lenners, « et nous avons inclus ses recommandations dans la nouvelle législation. En général, la proposition initiale de la Commission demeure, mais nous avons changé certains points et nous essaierons de changer encore davantage dans les négociations avec le Conseil. Ce certificat ne porte pas atteinte aux informations personnelles et aux droits individuels, mais nous aide plutôt à retrouver nos droits individuels et en particulier la libre circulation dans l’UE.  »

Dans le pays d’origine, les données
Mais où les données de chaque partie intéressée seront-elles collectées? Dans le pays de destination, où il va pour ses vacances, ou dans le pays d’origine, où il a vraisemblablement sa résidence permanente?

« La première image que nous avons est que le certificat est délivré par le pays d’origine », déclare l’eurodéputé N.D. Maria Spyraki. «Par exemple, j’ai été vacciné en Belgique, je serai de nouveau vacciné en Belgique pour la deuxième dose et je suis dans les registres belges avec un numéro précis, ce qui montre que j’ai été vacciné. Ce sera reconnaissable en Grèce avec le certificat, lorsque je déciderai de voyager ».

 

Facebook Comments Box

.

SuperWebTricks Loading...
%d blogueurs aiment cette page :