MSF : 456 enfants du camp de migrants de Lesbos ont été soignés pour des problèmes de santé mentale

 

Médecins sans frontières (MSF) a révélé mercredi que 456 enfants du camp de migrants de Lesbos ont dû être soignés pour des problèmes de santé mentale entre 2019 et 2020, dont 32 mineurs non accompagnés.

Ces enfants présentaient des traumatismes et des symptômes induits par la peur, souvent déclenchés par leur vie dans le hotspot, a déclaré MSF dans un rapport intitulé « Construire une crise aux frontières de l’Europe ».

L’ONG a déclaré que les principaux symptômes comprenaient : des troubles du sommeil et des cauchemars (39 %), une peur généralisée (24 %), une régression comportementale et des retards de développement (30 %), l’impuissance et le détachement (25 %) et des troubles psychosomatiques, tels que des maux de tête, maux d’estomac et vertiges (10%).

Il y avait aussi des taux élevés « alarmants » d’automutilation et d’actes suicidaires chez les enfants, poursuit le rapport.

Sur les 180 patients de MSF qui s’étaient automutilés, avaient eu des idées suicidaires ou avaient tenté de se suicider, plus des deux tiers étaient des enfants, dont le plus jeune était un enfant de six ans. Parmi les 32 enfants non accompagnés traités dans la clinique pédiatrique, 20 pour cent avaient eu des comportements d’automutilation et 15 pour cent avaient eu des idées suicidaires.

Le personnel de MSF a observé que « les taux importants d’idées suicidaires et d’automutilation comme conséquence malheureuse d’un
environnement, les limbes prolongés et l’incertitude.

Au total, les projets de santé mentale de MSF à Chios, Lesbos et Samos ont traité 1 369 patients entre 2019 et 2020.

Facebook Comments Box

.

SuperWebTricks Loading...
%d blogueurs aiment cette page :